Un nouveau souffle pour l’apprentissage

La France cherche à mettre en place une réforme en vue d’élever l’apprenti dans son parcours de formation. Elle souhaiterait créer une ouverture pour les contrats d’apprentissage et offrir plus d’aides financières aux apprentis.

 

La mise en œuvre de cette réforme serait une tentative de lutte contre le chômage ainsi qu’une revalorisation de l’apprentissage. À cet effet, le gouvernement désire élargir la fourchette d’inscription à la formation jusqu’à l’âge de trente ans. De cette façon, toute personne souhaitant se reconvertir ou suivre un nouveau diplôme aura la chance de le faire. De plus, en cas de rupture de contrat, l’apprenti pourra rester en formation au centre six mois au lieu de deux. Cela permettra à l’apprenant, ou de retrouver une nouvelle entreprise, ou de terminer sa formation.

Leur venir en aide

En vue de soutenir l’apprenti, l’État propose des aides afin d’alléger ses charges financières. Un montant de 500 euros sera mis à la disposition des apprenants de plus de dix-huit ans afin de payer une partie de leur permis de conduire. En outre, toute personne de seize à vingt ans en formation aura 30 euros complémentaires sur son salaire net. Enfin, les adultes de plus de vingt-six ans toucheront le SMIC* au lieu du pourcentage actuel calculé sur cette base.

 

Gardons à l’esprit qu’il ne s’agit que d’un projet qui sera soumis au vote des députés le 13 mai 2018. Si cette réforme est votée, une journée annuelle sera proposée aux jeunes de la classe de quatrième à la classe de première afin de leur fournir toutes les informations concernant la voie de l’apprentissage. Même si tout semble attrayant pour l’apprenti, retenons bien les nouvelles règles auxquelles les entreprises devront se plier.

 

Audrée-Rose Beucher et Tristan Senève

BP ASCR et AC 1A GB

 

*Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *